Partagez | 
 

 your heart will never count on the wicked [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 223
Popularité : 463
Date d'inscription : 21/06/2014
Groupe: Professeur d'art
Envoyer un MP

Noelani Faraday
MessageSujet: your heart will never count on the wicked [LIBRE]   Sam 2 Aoû - 21:20

Noélanie, venais de recevoir un grand colis.
Un lourd colis.

Oh! Elle savait d'où il venait; elle l'avait commandé.
Quand elle l'a reçu elle était en train de manger. Quand elle l'a reçu, son visage s'est éclairé.

Elle à abandonné son repas en allant avec son colis dans le gymnase. Elle était tellement excitée.
La jeune professeur s'est posé sur un des côtés de la salle.

Oh! Attention! Elle ouvre la boîte!

Il faut savoir que Noélanie n'est jamais excitée à l'idée d'ouvrir un colis normalement.
Mais là c'était spécial, vraiment très spécial.

Une épée.
Ce qui est dans le coffret est en fait une épée. Sa lame brille et son manche en acier est tout aussi luisant.

Elle est obnubilée par cet objet, elle le touche du bout des doigts et frémis vaguement.

Le manche est enroulé d'un bandage bleu turquoise, et oh! Ce qui la faisait craquer par dessus tout: la chaine reliée à l'épée et à un bracelet.

Elle le mit et prit l'arme dans sa main. Son poids était supportable pour elle... elle fit quelques vrilles avec puis la remis dans son fourreau .

Cette épée a la particularité de pourvoir être lancée pour attaquer. Et c'est ÇA qui la faisait griser.

Elle installa des cibles uniquement sur les murs.

Voici, elle se mettait au milieu du gymnase, et enlevait l'épée de son fourreau...
Puis soudainement elle se mit à faire des acrobaties avec l'épée... Bon, en effets il y avait des petits trous dans le sol mais rien de grave! C'était à cause des sauts de l'ange, comme elle le disait si bien.

Le saut de l'ange avec l'épée c'est le fait de faire une mono roue en équilibre sur l'épée. Ou de faire une mono roue tout court avec l'épée le long de sa jambe.

Evidement, c'est dur à visualiser, mais c'est réel puisque je le fait. Bin je suis tombée puisque l'épée à penché...

Elle se relève lourdement articulant ses épaules et regardant son épée.
Noé sourit en coin car elle se dit qu'elle doit avoir une classe folle avec ce bijoux.

Elle est en jean débardeur, dans un gymnase vide avec une épée... il pleut...

On pourrait croire qu'elle n'est pas prof. Mais elle aimait avoir ce look de guerrière ...

Elle retira ses lunettes et le balança près de la boîte et sourit malignement..

Elle essaya encore et encore de faire ce saut de l'ange...

Entre temps elle avait entendu du bruit. Et quand elle y arriva elle lança son arme sur une cible située près de la source de bruit, ce qui fit légèrement se tendre la chaîne qui les reliaient.

Qui était là?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 24
Popularité : 88
Date d'inscription : 30/07/2014
Groupe: Professeur de piano
Envoyer un MP

Siam I. Kingston
MessageSujet: Re: your heart will never count on the wicked [LIBRE]   Mar 5 Aoû - 20:13



“A good head and a good heart are always a formidable combination.”
- Nelson Mandela


Comment pouvait-on être aussi peu attentif? Il n'arrêtai de se poser la question depuis qu'il avait mis fin au cours de piano d'un de ses élèves. C'était un massacre. Il jouait n'importe comment, faisait des fausses notes, ne respectait pas le bon rythme. C'était vraiment horrible pour les oreilles de l'homme assis sur la chaise mise à côté du tabouret. Il avait vu que ce n'était pas la peine qu'il lui en demande plus et l'avait foutu à la porte. Ce n'était même pas un morceau compliqué, juste la valse op. 12 n°2 de Grieg, pas si dur. Ça l'avait dégouté, il n'avait eu envie que d'une seule chose: égorgé son élève... ou lui faire manger la partition.

Le presque quadragénaire s'était levé puis mis face au piano et avait joué cette valse qu'il connaissait par cœur depuis longtemps déjà. Ça l'aidait à se détendre. Il détestait qu'un élève ne soit pas attentif à l'un de ses cours parce que primo: il massacrait le morceau, comme cet élève et deuzio: il prenait ça comme un insulte envers la musique classique. Ce qui le mettait toujours en colère, c'est pour ça que souvent il se retrouvait seul après à rejouait le morceau massacré, comme pour se faire pardonner. Il avait une logique bizarre, fallait pas chercher.

Il se leva et quitta la salle de musique, se dirigeant vers on ne sait où, il ne savait pas lui même. Il avait fini ses cours et n'avait donc plus rien à faire. Il trouvait qu'il faisait pas trop moche dehors, malgré la pluie, alors il pensa que c'était pas trop mal de prendre un peu l'air. Il était presque tout le temps enfermé, assis devant l'instrument qu'il qualifiait de plus beau du monde. C'était devant un piano qu'il se sentait bien. Certaines personnes disaient même pour l'embêter qu'il s'était marié avec son piano. Il les envoyait toujours balader avec une remarque soit gênante soit méchante.  

Il arriva dans le coin du gymnase, il n'allait peu voire jamais à cet endroit vu qu'il était toujours cloitré dans la salle de musique. Il attendit du bruit et il ne put s'empêcher de voir qu'est-ce qui se passait et qui était dans ce lieu qu'il n'appréciait pas particulièrement. Il se mit dans un coin, un peu planqué malgré les plumes roses de son boa. Oui, il aimait se faire remarqué, alors quoi de mieux qu'un boa à plumes, roses en plus. Il vit une femme, certainement plus jeune que lui, si ça se trouve elle avait la moitié de son âge, qui sait, en débardeur et jean s'évertuant à faire un mouvement avec l'épée qu'elle tenait à la main. Elle était concentré et n'abandonnait pas. Elle devait s'entraîner depuis pas mal de temps déjà, elle semblait essoufflée et pourtant elle continuait.

Il la regardait, à demi dans la pénombre. Il n'avait pas fait attention à ce qu'il y avait autour de lui, il regardait juste cette femme Il était sûr de l'avoir déjà croisée mais ne se rappelait plus de son prénom. Il devrait sortir plus souvent de la salle de musique, parlait à des gens. Mais... il était trop passionné, il aimait passé ses journées à jouer du piano, encore et encore. Il ne s'en lassait jamais. Elle sembla enfin réussir son mouvement et lança l'arme sur l'une des cibles situé à côté de l'homme. Il en fut surprit, il aurait dû détailler un peu les lieux avant. Mais, c'était trop tard.  

Il décida de sortir de la zone d'ombre, ne disant rien, juste observant encore cette femme. Normalement, il n'aurait pas attendu dans l'ombre, il l'aurait dérangée en sortant une connerie mais là il n'avait pas envie. Ça l'amusait moins. Il se contentait juste de sourire bizarrement de façon légèrement supérieur. Il trouvait qu'il avait assez attiré l'attention de cette femme pour ne pas se donnait la peine de parler.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 223
Popularité : 463
Date d'inscription : 21/06/2014
Groupe: Professeur d'art
Envoyer un MP

Noelani Faraday
MessageSujet: Re: your heart will never count on the wicked [LIBRE]   Mer 6 Aoû - 10:57

Après avoir lancé mon épée avec force, je me retournais furtivement. Regardant tout d'abord mon épée enfoncée dans la cible....un peu trop d'ailleurs, puis juste à côté un homme sortant de la pénombre...

Silencieux. Vieux.... non attendez, c'est pas juste: il est plus âgé que moi, c'est tout. Me regardant moi et que moi.
Et bizarrement il souriait avec une point de supériorité.
Ça me donnait envie de lui dire "Bah si tu peux mieux faire: fait -le!"

J'avançais respirant fortement avec une démarche pas vraiment féminine si vous voyez le genre, vers mon arme.

Bah, tant qu'a faire, je rigole doucement l'air amusée.

"J'ai l'habitude de me faire regarder par les hommes mais pas comme ça, haha....", dis-je en prenant le manche de l'épée.Elle est belle n'est-ce pas? Je veux dire, l'épée hein. C'est une œuvre d'art... que je contrôle bien... , dis-je en l'enlevant de la cible avec force.

Maintenant je me dirigeait vers lui avec la même dégaine. Mes muscles ressortent après tant d'exercice.
Et une fois en face de lui , près de son visage je lâche doucement:

"N'Est-ce pas?"

Je penchais la tête en le regardant dans les yeux et un peu tout son visage.
Pendant dix petites seconde, je le fixait, je sentait sa respiration, son souffle.... Tout en gardant mon sérieux.
Si on était dans un film on aurait pu croire que j'allais l'embrasser, mais au bout des dix secondes, j'esquissait un malin sourire laissant place à un rire trés amusée.

Je reculait l'épée en main, toujours en rigolant. Refaisant le saut de l'ange et lançant mon épée sur une cible près de mes affaires, ce qui fit lever mon bras automatiquement.

Je l'arrachait de la cible et la remettait dans son fourreau avant de la remettre dans son box, quittant le bracelet de la même occasion.
Je pris le box et me dirigeait vers lui.
Je sais qui est cet homme.

C'est Siam. Le nouveau prof de piano qui fait parler de lui à cause de son look extravagant.

Je ne l'imaginait pas comme ça... j'imaginais une personnalité forte, et plus de couleurs....

"Salut moi c'est Noélanie, vingt ans, prof d'art",dis-je en avançant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 24
Popularité : 88
Date d'inscription : 30/07/2014
Groupe: Professeur de piano
Envoyer un MP

Siam I. Kingston
MessageSujet: Re: your heart will never count on the wicked [LIBRE]   Mar 26 Aoû - 13:33



“A good head and a good heart are always a formidable combination.”
- Nelson Mandela

Il ne disait toujours rien, il n'avait pas envie de dire quelque chose. Il voulait juste voir ce qui allait se passer ensuite, voir la réaction de la femme. Elle le regardait, lui, n'en avait rien à faire, il se contentait de sourire de son air supérieur comme il le faisait si bien. Il ne pouvait s'empêcher d'avoir l'air méprisant, de vouloir faire croire au gens qu'il était mieux qu'eux. Ce n'était pas vrai et il le savait mais il ne voulait pas montrer qui il était réellement. Il ne voulait surtout pas que les gens sachent qu'il ne faisait que se cacher derrière son piano, sa passion. Il préféré vraiment n'avoir personne, le piano lui suffisait, avec lui tout était bien, il était lui-même.

Elle alla vers son arme. Il ne la quittait pas des yeux, il n'avait que ça à faire et il n'avait toujours pas envie de dire un truc. Parfois, c'est plus drôle d'attendre que la cible fasse tout d'elle-même. Il suffisait de la fixait et de la laisser faire le reste. Il lui était déjà arrivé de voir des gens s'énerver contre lui alors qu'il n'avait fait que les regarder avec un sourire moqueur. C'était trop drôle. Ça l'amusait de voir comment les gens réagissaient. Le comportement humain est tellement... complexe et bizarre. Il apprenait beaucoup de chose en observant les gens autour de lui. Il fallait savoir être observateur pour pouvoir frapper où ça fait mal. Il l'avait appris au fil des années, pour éviter que les gens viennent vous embêter, frappez le premier, c'est ce qu'il faisait tout le temps pour se protéger.

Elle dit en enlevant son arme de la cible:


▬ J'ai l'habitude de me faire regarder par les hommes mais pas comme ça, haha.... Elle est belle n'est-ce pas ? Je veux dire, l'épée hein. C'est une œuvre d'art... que je contrôle bien...


Elle revint vers lui, il lui laissait croire qu'il s'en fichait, la regardant simplement, n'ouvrant toujours pas la bouche. Elle s'arrêta à une dizaine de centimètre de lui et dit:


▬ N'est-ce pas ?


Il n'attendit pas avant de dire de sa voix grave et moqueuse:


▬ Ouais, ça va, je préfère les sabres persans mais elle est pas mal. Après je peux pas te dire si tu la contrôle bien, j'y connais rien, je préfère m'amuser avec un couteau plutôt qu'avec une épée. Le couteau c'est l'arme du fourbe, j'aime bien. Une épée je trouve ça trop... stricte.


Elle le fixa une dizaine de seconde puis refit son mouvement avant de lançait l'épée sur l'une des cible présente dans la pièce, le tout avec un petit rire. Elle partit chercher l'arme puis la rangea et se rapprocha de nouveau de lui. Il donnait toujours l'impression d'en n'avoir rien à foutre et c'était plus ou moins le cas, il repensait déjà à son piano qui l'attendait sagement dans la salle de musique. Il avait envie de joué du Chopin, du Schubert ou du Bach. A bien y réfléchir, peut-être un morceau de cette italien, Ludovico Einaudi, ses compositions étaient absolument magnifiques.

Elle revint vers lui et dit:


▬ Salut moi c'est Noélanie, vingt ans, prof d'art


Il se rappelait maintenant, l'une des profs d'arts. Il avait du mal à retenir le prénom de ses collègues, il ne faisait pas vraiment attention à eux. Il répondit, toujours avec ce même ton moqueur:


▬ Siam, prof de piano.


Il ne dit pas un mot de plus.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 223
Popularité : 463
Date d'inscription : 21/06/2014
Groupe: Professeur d'art
Envoyer un MP

Noelani Faraday
MessageSujet: Re: your heart will never count on the wicked [LIBRE]   Mar 26 Aoû - 14:32

-"Ouais je sais. Le prof qui se trimballe en frou-frou de cabaret et compagnie...", dis-je en récupérant mon gilet.

Je sais bien qu'il se donne un air, son boa le crie haut et fort "Je n'aime pas qu'on sache qui je suis réelement et je tiens a vous montrer une image de moi super décalée blablablabla...."
Il s'en fout peut-être, mais je ne le force à rien, c'est pas comme si je lui faisait la moral...

-"Vous faites beaucoup d'effets à mes élèves (filles)et à chaque fois elles parlent de vous pendant mes cours; maintenant je sais pourquoi, haha...".

Je pose lourdement ma mallette et met mon gilet bleu gris telle un bourrin et reprend ma mallette. Il m'a débité comme quoi il préfère les petits couteau, gnagnagnagna, comme quoi une épée peut être strict...
MON EPEE?! C'est tout sauf une épée strict, c'était l'épée d'un sanguinaire venant d'Asie! Alors le strict: bye bye.

-"Cette épée me vient d'Asie. Elle appartenait à des renégats. Biens qu'elle ait été utilisée à des fins peu nobles, cette épée n'a jamais rien caché..."

Je me dirige vers la sortie, il pleut toujours autant. Nous marchons ensemble sans savoir ou nous allons.
Une fois devant la sortie je lui lançe:

-"Un café? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 24
Popularité : 88
Date d'inscription : 30/07/2014
Groupe: Professeur de piano
Envoyer un MP

Siam I. Kingston
MessageSujet: Re: your heart will never count on the wicked [LIBRE]   Mer 10 Sep - 14:05



“A good head and a good heart are always a formidable combination.”
- Nelson Mandela

Il voudrait jouer du piano, encore, il passe déjà ses journées à en jouer mais ce n'est pas encore assez. Il voudrait pouvoir jouer du piano tout le temps, le jour, la nuit, tout le temps et pour toujours. Mais, il est humain, il est donc obligé de sortir de la salle de musique pour manger, dormir, parler à des gens. Et puis, s'il ne faisait que joué il risquait de s'abîmer les mains et ne plus pouvoir faire de musique du tout et ce serait pire que tout pour lui.

Il était là dans ce gymnase a essayer de s'intéresser à cette femme mais il n'y arrivait pas, ou peut-être n'en avait-il pas envie. Il voulait déjà se retrouver seul face à son piano même s'il sait que ce n'est pas le mieux pour lui. Il voulait partir maintenant, ce n'était pas une bonne idée de sortir, finalement. Il n'aimait pas trainé avec les Hommes, avec les êtres vivants tout court, d'ailleurs. Il voulait juste être avec son piano. Il n'aimait pas du tout communiquer, ça pouvait apporter trop de mal et pas assez de bien. Il pensait que les gens était dangereux, qu'il ne fallait pas leur faire confiance. Il suffisait de s'attacher à eux pour qu'il meurt ou vous laisse, et ce, à tout jamais.

Il en était là dans ses pensées lorsque Noelani parla, lui répondant par une réplique moqueuse:  


▬ Ouais je sais. Le prof qui se trimballe en frou-frou de cabaret et compagnie...



Cela ne lui fit ni chaud ni froid. Il ne voulait pas écouter l'avis des gens, et puis, il en avait l'habitude, le nombre de personne qui le lui avait dit. C'était bizarre à quel point son piano pouvait lui manquer à ce moment. Il n'était plus dans sa bonne humeur moqueuse d'il y a quelques minutes à peine. Il était devenu maussade en quelques secondes. Pourquoi était-il comme ça? Il ne le savait pas, c'était comme ça depuis que sa mère était morte, il était devenu joyeux à l'extérieur et blasé à l'intérieur. Il voulait juste qu'on le laisse tranquille, seul.

Noelani ajouta, toujours légèrement moqueuse:


▬ Vous faites beaucoup d'effets à mes élèves (filles) et à chaque fois elles parlent de vous pendant mes cours; maintenant je sais pourquoi, haha...



Il se mit une claque mentale pour retrouver son mordant habituel, histoire de ne pas passer pour un muet. Il rit doucement, de son rire grave et moqueur. Puis ajouta:


▬ Je m'en doutais mais... Elles parlent si souvent de moi ?  



Elle mit son gilet après avoir poser sa mallette et débite que son épée appartenait à des renégats asiatiques et tout, et tout... pas très intéressant en somme. Ensuite elle se dirigea vers la sortie, il la suivis un peu en rentrait. Il avait de nouveau envie de jouer du piano, de s'enfermer dans la salle de musique mais... Elle continua a avancer et une fois qu'elle fut à la porte elle dit:


▬ Un café ?



Il hésita avant de répondre mais dit:


▬ Je dis pas non.



CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 223
Popularité : 463
Date d'inscription : 21/06/2014
Groupe: Professeur d'art
Envoyer un MP

Noelani Faraday
MessageSujet: Re: your heart will never count on the wicked [LIBRE]   Jeu 11 Sep - 14:44

Je m'en allait vers la cafétéria suivit de mon collègue. Pas très réceptif apparemment, mais bon: chacun est comme il est. D'ailleurs c'est pas parce qu'il se fout de moi ou de ce que je lui dit que je vais essayer de m'adapter a lui. Si je veux lui parler je lui parle, liberté quoi.

Je demande un café, un chocolat au beurre salé et je paie. Oui je sais souvent c'est le mec qui paie; mais je trouve que c'est une logique misogyne quand elle ne s'applique pas à la galanterie ou la séduction. Je prend mon choco/beurre et m'installe sur une chaise haute.

-"Si je te racontais leurs rêves les plus fous qu'elles font sur toi..... Moi même j'ai eut du mal a reconnaître mes élèves. Elles sont chiante a toujours parler de toi... même pendant mes cours! Je crois qu'un jour je te les refileraient. Au fait je tutoiement, ça te gêne pas, hein?

Je le regarde lui et son boa... J'ai bien envie de lui montrer qu'il n'est pas exceptionnel et que je joue du piano aussi mais ça ne se fait pas. Malgré ça je me dirige vers la salle des auditions pour me retrouver avec justement: un piano. Quand l'art s'épuise la musique la ressource souvent.... le surf aussi d'ailleurs.

J'entre dans la salle avec ma tasse de chocolat toujours aussi chaud qu'au début et je me met au piano. Pour jouer un morceau classique? Non. Je veux jouer quelque chose de nouveau; la chanson d'une amie qui viens de sortir un nouvel album. Je crois que je préfère plus l'album à l'amie en question... sa chanson raconte qu'on a pas besoin de se cacher pour vivre ... enfin a quelques mors pres. Certes ce n'est pas une partie compliqué et tout le tralala mais ne dit-on pas que les choses les plus simples sont les meilleures?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 24
Popularité : 88
Date d'inscription : 30/07/2014
Groupe: Professeur de piano
Envoyer un MP

Siam I. Kingston
MessageSujet: Re: your heart will never count on the wicked [LIBRE]   Sam 4 Oct - 13:09



“A good head and a good heart are always a formidable combination.”
- Nelson Mandela

Il l'a suit lentement jusqu'à la cafétéria. Il commençait de plus en plus qu'il aurait mieux fait de rester à jouer du piano. Il en avait marre, de la pluie, de Noélani, de tout ça. Il était fatigué, il voulait simplement qu'on le laisse tranquille mais il savait que ce n'était pas la meilleure solution de s'isoler, un jour il finirait par ne plus pouvoir continuer à avancer. Ça parait dramatique comme ça mais c'était ses pensées à ce moment-là. Il pense toujours au pire, il avait souvent ses idées mélodramatique, il n'arrivait tout simplement pas à sourire honnêtement, à montrer qui il était. Il enfermait tout ça devant les autres et le relâchait devant son piano.

Une fois que tout deux furent arrivé à la cafétéria, Noelani demanda un chocolat au beurre salé et lui un simple café, ils s'installèrent côte à côte et elle dit:


▬ Si je te racontais leurs rêves les plus fous qu'elles font sur toi..... Moi même j'ai eut du mal a reconnaître mes élèves. Elles sont chiante a toujours parler de toi... même pendant mes cours! Je crois qu'un jour je te les refileraient. Au fait le tutoiement, ça te gêne pas, hein?



Il ne l'écoutait pas totalement, il était déjà en train de penser au piano qui dormait dans la salle de musique. Il avait limite développer une forme d'addiction à son piano. Il l'avait toujours accompagné, dans  les meilleurs comme dans les pires moments. C'était important pour lui.

Il ne l'écoutait pas vraiment mais il l'avait tout de même entendu posé une question et il y réponda après plusieurs secondes ou minutes d'attente, il ne savait pas il n'avait pas fait attention.


▬ Non ça ne me gène pas. Et non merci, ne me les refile pas, je suis sûr qu'elles n'en auraient absolument rien à faire de ce que je pourrais leur dire à propos de la musique et du piano, elles seraient trop occupé à baver devant moi.



Il dit tout ça avec un petit sourire, ne laissant rien paraître de son ennui ou de ses pensées. Puis elle se leva, il la suivit et ils se dirigèrent donc tout deux vers la salle de musique, le paradis sur terre pour lui.

Elle entra dans la salle et s'assit face au piano, commençant à jouer un morceau quelconque. Il avait fermer les yeux, se laissant porter par la mélodie. Pour lui, tout morceau de piano était beau, il pouvait même allait plus loin en disant que toute composition l'était tant qu'on y mettait tout ce qu'on avait dessus, tant qu'on se laissait à découvert en l'écrivant. Pour lui, ce n'était pas tout le temps le cas.

Il se laissa portait par l'instant ne disant rien, juste écoutant.


HRP: Désolée du temps de réponse, il y a eu la rentrée, la fatigue et peut-être la flemme aussi, mais... voilà je l'ai posté.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: your heart will never count on the wicked [LIBRE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

your heart will never count on the wicked [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» The way of the heart.
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)
» Des idées pour un model "count as jokaero weaponsmith"?
» Even angels have their wicked schemes ♈ 9 juillet, 14h17

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Hetalia :: Académie Hetalia :: Le gymnase-